MACRON « LES AFRICAINS QUI MEURENT EN MÉDITERRANÉE NE SONT PAS ISSUS DE LA CLASSE MOYENNE»

  • Source: : Webnews | Le 22 juillet, 2018 à 14:07:58 | Lu 2628 fois | 7 Commentaires
content_image

MACRON « LES AFRICAINS QUI MEURENT EN MÉDITERRANÉE NE SONT PAS ISSUS DE LA CLASSE MOYENNE»

Le discours de Macron, après ses sorties sur la démographie africaine et sur les kwassa kwassa comoriens, illustre à nouveau ce qu’il représente : une élite libérale liée aux puissances d’argent porteuse souvent d’un mépris pour les gens ordinaires

En marge de sa visite au Nigeria, Emmanuel Macron a accordé une interview à l’animateur Claudy Siar diffusée sur France 24 et RFI le 5 juillet, dans laquelle il revient sur le sujet de la migration africaine vers l’Europe. De façon surprenante, il soutient que « les personnes très pauvres ne quittent pas leur pays. Ce sont les classes moyennes de pays qui sont plutôt émergents qui passent par la Libye pour rejoindre l’Europe ». Il ajoute que ce sont les familles aisées qui donnent un pécule à leurs enfants pour aller en Europe.

Donc, selon le président français, une famille « riche » peut sciemment décider de donner une somme d’argent à l’un de ses enfants et l’envoyer à une mort certaine. Car la réalité de l’émigration, au-delà des discours des dirigeants européens et le silence coupable des décideurs politiques africains, ce sont les morts quasi quotidiennes de jeunes qui fuient le continent par manque d’espoir.

En 2017, 3 119 personnes sont mortes dans la Méditerranée, selon l’Organisation internationale pour les migrations. Ce chiffre fait abstraction des personnes disparues en mer et qui reposent à jamais au fond des eaux. Pas un seul jour ne passe sans que le sujet ne soit au menu de débats politiques houleux, ce qui en fait un sujet à la limite civilisationnelle de notre époque.

Mépris pour les gens ordinaires

Le discours d’Emmanuel Macron, après ses sorties sur la démographie africaine et sur les kwassa kwassa comoriens, illustre à nouveau ce qu’il représente : une élite libérale liée aux puissances d’argent porteuse souvent d’un mépris pour les gens ordinaires.

Pour l’Afrique, son engouement depuis son élection est peut-être sincère. Il peut être le signe d’un désir de repenser la relation entre la France et le continent en dehors des pratiques sombres de la Françafrique traditionnelle.

Mais la vision du jeune président français est biaisée par une représentation erronée de l’Afrique. Emmanuel Macron est issu d’une caste, celle des puissants qui répètent à l’envi des poncifs sur le numérique, l’entrepreneuriat, présentés comme les solutions magiques aux urgences du continent. Sans parler de l’utilisation ambiguë du concept globalisant de « classe moyenne africaine », dont beaucoup d’économistes interrogent la pertinence.

Dans sa posture, Macron peut compter sur des jeunes hommes et femmes africains qui survendent un discours afro-optimiste déconnecté de la réalité du continent. D’ailleurs, durant les séjours du président français en Afrique, on les voit inonder la toile de selfies et de mots enthousiastes sur la « start-up nation », l’« Africa rising » et autres nouveaux mots savants.

Toutes ces personnes refusent d’affronter la réalité du continent dont l’un des visages est la misère sociale, la corruption, la violence physique et symbolique qui poussent les gens à fuir.

Il est choquant d’entendre Macron dire que ce sont des familles aisées qui donnent de l’argent à leurs enfants pour rallier l’Europe et qui, quand ils y parviennent, y vivent une vie de sous-homme.

Il faut rappeler à Emmanuel Macron que personne ne quitte son pays dans ces conditions le pied léger. Il y a une réalité de l’émigration clandestine africaine que propulse une quête d’une vie décente. Au Sénégal, en pleine vague de départ par pirogues, le mot d’ordre des jeunes était : « Barca wala Barsakh » : « Arriver à Barcelone ou mourir. »

D’ailleurs les Sénégalais membres du Conseil présidentiel pour l’Afrique de Macron devraient lui suggérer de prendre contact avec Yayi Bayam Diouf, présidente du collectif des mères qui ont perdu leurs fils, morts en Méditerranée.

C’est insulter le deuil de ces femmes que de les tenir pour responsables de la perte d’enfants partis mourir car leur pays ne leur apporte aucun espoir.

Immenses sacrifices

Quand une mère, à travers les ressources d’une tontine ou d’un crédit, finance le voyage d’un fils pour espérer qu’il réussisse en Europe et sorte toute sa famille de la misère, on lui doit respect et empathie, et non la vilipender devant un intervieweur connivent.

L’argent investi, car c’est bien le mot, dans le voyage risqué, voire suicidaire, du fils ou de la fille n’est pas la preuve d’une richesse ou de l’appartenance à une classe moyenne. Ce n’est que le pécule amassé difficilement par une famille désœuvrée ou un travailleur précaire. Et réunir ces sommes qui servent à financer le départ résulte le plus souvent d’immenses sacrifices et de nombreuses privations.

Enfin, quand Emmanuel Macron dit : « On a besoin d’une jeunesse africaine qui se raconte elle-même, qui construit son imaginaire, ses propres héros et qu’elle les explique au monde », nous ne pouvons qu’être d’accord. Il y a bien une jeunesse dynamique, créative et entreprenante sur le continent. Elle tient un discours et occupe une position qui illustre la contemporanéité de l’Afrique. Mais il y en a une autre, qui continuera à hanter le sommeil des Européens en allant à l’assaut de ses côtes en dépit des lois répressives comme celles actuellement en vigueur en France.

Non, Monsieur Macron, cette jeunesse qui meurt en Méditerranée n’est pas issue de la « classe moyenne ». Elle est pauvre et n’a plus aucun espoir chez elle.


Auteur: seneplus.com - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (3)


Anonyme En Juillet, 2018 (15:10 PM) 0 FansN°: 1
Reply_author En Juillet, 2018 (18:07 PM) 0 FansN°: 1
j'aime le passage du texte "toutes ces personnes refusent d’affronter la réalité du continent dont l’un des visages est la misère sociale, la corruption, la violence physique et symbolique qui poussent les gens à fuir."
je suis d'accord avec l'auteur du texte.en afrique noire règne la misère sociale à cause d'une corruption rampante de ceux qui dirigent les pays de connivence avec macron lui^même qui prefere fermer les yeux.oui l'afrique noire est invivable à cause de la france et les présidents corrompus qu'elle y place pour ses intérêtes économiques.macron svp arrêtez de tergiverser sur les causes de cette immigration galopante.vous savez bien pourquoi-
Reply_author En Juillet, 2018 (19:04 PM) 0 FansN°: 2
très juste !
Africain Dépité En Juillet, 2018 (15:18 PM) 0 FansN°: 2
Macron a parfaitement raison. Ces jeunes qui passent par la méditerranée pour rejoindre illégalement l'europe ont chacun dépensé pas moins d'un million de nos francs pour entreprendre le voyage. Aucun pauvre ne peut mobiliser cette somme. Toute personne qui parvient à mobiliser une telle somme doit pouvoir rester chez soi et travailler.

La plupart de ces gens vont en europe pour y exercer le métier de marchand ambulant ou de petit ouvrier d'usine ou encore de cueilleurs d'orange alors que les sommes dépensées auraient pu leur permettre de monter une entreprise .

Nos élites politiques médiocres et cleptomanes sont bien sûr responsables pour n'avoir pas créé un environnement propice aux affaires en rendant les institutions comme le fnpj, le fongip etc. fonctionnelles, objectives et non consacrées au financement des seuls militants du parti au pouvoir.

Mais les premiers responsables, sont ces jeunes paresseux, prêts à risquer leur vie pour aller garder des chiens en occident alors qu'il ne leur faut pas autant de détermination pour réussir leur vie dans leur pays avec l'argent qu'ils donnent aux passeurs.
Reply_author En Juillet, 2018 (16:36 PM) 0 FansN°: 1
tu peux mobiliser cette somme en vendant tous tes biens essentiels et en t'endettant à outrance. une personne aisée n'a pas besoin de faire cela pour rassembler de l'argent. les personnes qui émigrent clandestinement sont les pauvres et peut-être une partie de la classe dite moyenne (qui n'en est pas moins démunie).
Reply_author En Juillet, 2018 (16:53 PM) 0 FansN°: 2
il ne suffit pas d’avoir de l’argent pour travailler en afrique, il faut un métier des compétences une compréhension des rouages de l’économie et des marchés. on ne s’improvise pas entrepreneur en plus au sénégal les marchés, les aides, les prêts et le subventions sont soumises à la loi du favoritisme et à une mafia socio-religieuse. notre système est pourrit les régles sont faussées par les mêmes qui envoient leur femme accoucher aux usa ou en france. au sénégal avec 1 millions tu ne peux rien faire si tu n’as pas la formation et le carnet d’adresses. merci
Le Vrai En Juillet, 2018 (22:16 PM) 0 FansN°: 3
Je vous cite :

Quand une mère, à travers les ressources d’une tontine ou d’un crédit, finance le voyage d’un fils pour espérer qu’il réussisse en Europe et sorte toute sa famille de la misère, on lui doit respect et empathie, et non la vilipender devant un intervieweur connivent.



Trouvez-vous normal, malgré toutes les informations sur les risques de traversée du désert et de l'océan, qu'une mère joue avec la vie de son fils? Lorsque 100 jeunes cotisent chacun un million pour un voyage qui ressemble à la balade d'une cacahuète sur la route d'un troupeau d'éléphants, il faut s'en alarmer. Ces 100 millions pouvaient déboucher sur un beau projet de réussite au Sénégal; impliquant ces 100 personnes.



Le vrai.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com