La mort de l'Etudiant Mouhamadou Fallou Séne à la Une

  • Source: : APS | Le 16 mai, 2018 à 10:05:09 | Lu 879 fois | 2 Commentaires
content_image

Revue de Presse

La mort de l’étudiant Mouhamadou Fallou Sène, lors d’affrontements survenus mardi à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis est le principal sujet en exergue dans les quotidiens reçus mercredi à l’Agence de presse sénégalaise (APS). Mouhamadou Fallou Sène, 26 ans, marié et père d’un enfant, a été tué lors d’une manifestation organisée par les étudiants de l’UGB, deuxième université publique sénégalaise, dont les pensionnaires réclamaient le paiement de leurs bourses et de meilleures conditions de travail.

Le corps de la victime sera acheminé à Dakar pour les besoins d’une autopsie, selon les autorités administratives de Saint-Louis qui ont fait également état de 20 gendarmes blessés et transférés à l’hôpital pour des soins, suite à ces incidents. L’annonce de cette mort a entrainé des manifestations dans les autres universités publiques. ’’La +bourse mortelle+ de Fallou Sène", affiche Sud Quotidien à sa Une.

Le Soleil écrit : "Un étudiant tué, Macky Sall exige que toute la lumière soit faite et adresse ses condoléances à la famille du défunt". Selon L’As, "le ministre (des Forces armées) indique la piste du tueur". Augustin Tine a déclaré à Saint-Louis : "Le commandant des opérations, étant encerclé, a senti que ses hommes étaient en danger et il y a eu une réaction qui a causé la mort de l’étudiant Fallou Sène".

Etudiant en deuxième année, marié et père d’un enfant, Fallou Sène "est mort pour un plat qui coûte …150 francs CFA", déplore Libération qui parle de "scènes de chaos" dans les universités sénégalaises. ’’Le CROUS, la villa du Recteur, la maison du ministre Mary Teuw Niane, un bus de l’OLAC saccagés à Saint-Louis ; à Dakar, les étudiants incendient une voiture de police et caillassent tout…, 18 gendarmes blessés", indique la publication.

’’Tous coupables d’un mardi noir", selon Source A qui résume ainsi la journée d’hier : "L’Etat affame les étudiants pour n’avoir pas payé à temps les bourses des étudiants de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Saouls de colère, ces derniers décident d’agresser les restaurents et de manger sans bourse délier". C’est "l’enfer dans les campus", selon Vox Populi qui souligne : "Quelques heures après l’annonce de la mort de Fallou Sène à l’UGB, à la suite d’affrontements entre forces de l’ordre et étudiants, la paranoïa a gagné les universités publiques du Sénégal".

Après Bassirou Faye, l’étudiant Fallou Sène tué lors de manifestations pour des bourses, note La Cloche qui affiche à sa Une : "Et de deux pour Macky". Dans un éditorial, le journal estime que le chef de l’Etat "est obligé" de poser des "actes forts" après ce meurtre. "Le président de la République doit refuser cette fois-ci de suivre ceux qui essaient de justifier lamentablement l’injustifiable meurtre d’un étudiant affamé, très tôt responsable, qui réclamait des miettes pour se nourrir et en donner à sa petite famille", écrit le journal.

"Ce qui s’est passé est tellement grave pour être enterré après des condamnations de quelques boucs-émissaires, eux-mêmes victimes d’un système statique et pourri. On attend donc avec impatience des actes forts. C’est une obligation….", selon La Cloche. Le quotidien Enquête déplore "un mort de trop". "Scène d’horreur !", s’exclame Le Quotidien tandis que L’Observateur titre : "Scène de crime à l’UGB" et Walfadjri de relever : "Les campus s’embrassent". La Tribune parle d’une "bavure de trop" et ajoute "bien entendu, pas de coupables, ni responsables".

’’Un mort. Un de plus dans le ménage volcanique entre manifestants et forces de l’ordre. Une vie humaine de plus versée dans le sinistre bilan à mettre à l’actif des policiers et gendarmes préposés à un maintien de l’ordre public qui vire facilement à des drames pourtant inévitables", écrit le journal. ’’Il est grand temps que les autorités politiques sénégalaises reviennent aux principes fondamentaux de l’Etat de droit en ce qui concerne le droit de manifester. Continuer à sa cloitrer dans cette culture de répression systématique des droits constitutionnels des Sénégalais ne fera qu’alourdir la facture de morts et de blessés", ajoute La Tribune. OID/PON


Auteur: APS - APS






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (2)


Khatior-bi il y a 1 semaine (12:05 PM) 0 FansN°: 1
Augustin a dit que le commandant a tire en l'air. Ceux sont bien ses mots. Donc celui qui a tue devait etre sur un arbre ou dans les airs
Anonyme il y a 1 semaine (12:44 PM) 0 FansN°: 2
Pourquoi il y a un recours systématique à la violence pour exprimer les moindres revendications ? " en découdre" avec les forces de l'ordre à l'exemple des groupes anarchistes d'extême droite ou néo-nazis est devenu une tendance dangereuse qui doit s'arrêter. Avec le terrorisme qui frappe à nos portes, aucun Sénégalais conscient n'a intérêt à affaiblir notre tissu social par des discours politiciens. Au Sénégal comme dans tous les pays civilisés du monde, les forces de l'ordre ont le droit de faire usage de la force et des armes dans le cadre bien défini par la loi. Dès lors on ne peut s'aventurer à les pointer du doigt chaque fois qu'ils interviennent pour maintenir l'ordre.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com